WeShoot : le réseau social dédié aux sports de tir
WeShoot l'appli mobile de La Communauté des Tireurs
Installer
A propos
  • Entreprises en lien avec le tir sportif , Equipement sport et nature , Equipement pour la chasse
  • Photo
  • Vidéo
  • Album
    • L’ÉCOLE BUISSONNIÈRE
      UN FILM RÉALISÉ EN SOLOGNE PAR NICOLAS VANIER

      SORTIE LE 11 OCTOBRE

      Paris 1930.
Paul n’a toujours eu qu’un seul et même horizon : les hauts murs de l’orphelinat, sévère bâtisse de la banlieue ouvrière parisienne.
Con é à une joyeuse dame de la campagne, Célestine et à son mari, Borel, le garde-chasse un peu raide d’un vaste domaine en Sologne, l’enfant des villes, récalcitrant et buté, arrive dans un monde mystérieux et inquiétant, celui d’une région souveraine et sauvage.
L’immense forêt, les étangs embrumés, les landes et les champs, tout ici appartient au Comte de la Fresnaye, un veuf taciturne qui vit solitaire dans son manoir.
Le Comte tolère les braconniers sur le domaine mais Borel les traque sans relâche et s’acharne sur le plus rusé et insaisissable d’entre eux, Totoche.
Au cœur de la féérique Sologne, aux côtés du braconnier, grand amoureux de la nature, Paul va faire l’apprentissage de la vie mais aussi celui de la forêt et de ses secrets.
Un secret encore plus lourd pèse sur le domaine, car Paul n’est pas venu là par hasard...
      L’ÉCOLE BUISSONNIÈRE
      UN FILM RÉALISÉ EN SOLOGNE PAR NICOLAS VANIER

      SORTIE LE 11 OCTOBRE

      Paris 1930.
Paul n’a toujours eu qu’un seul et même horizon : les hauts murs de l’orphelinat, sévère bâtisse de la banlieue ouvrière parisienne.
Con é à une joyeuse dame de la campagne, Célestine et à son mari, Borel, le garde-chasse un peu raide d’un vaste domaine en Sologne, l’enfant des villes, récalcitrant et buté, arrive dans un monde mystérieux et ... Voir plus
    • Le mot de la fin ?
      K.B : Vive la chasse, vive TOUTES les chasses.
      Arrêtons les débats du style ma chasse est meilleure que la sienne. Unissons nous un peu plus pour faire en sorte que la chasse perdure. Nous avons tous des enfants aussi. Beaucoup de chasseurs ont des enfants qui ne suivent
      pas la tradition de leurs parents. Imaginons
      si 50 % de notre population de chasseurs mettaient à la chasse un non chasseur. Ils sont nombreux à se poser la question et à s’y
      intéresser. Plutôt que de savoir combien de sangliers nous allons abattre dans une saison il faudrait mieux se faire une compétition à celle ou celui qui initiera un futur chasseur ! 500 000 nouveaux chasseurs chaque année est possible.
      Plus nous serons et plus nous nous ferons entendre. Le gibier il y en a assez pour contenter tout le monde. S'ouvrir aux autres permet de ne pas mourir à petits feux. J'ai envie que mon fils devienne chasseur, car cette tradition
      apporte énormément à l'homme et à la nature. La chasse doit devenir d'utilité publique.
      Nous serons fort en étant unis et je suis surprise de ne pas voir dans toutes les fédérations plus de professionnels chargés de la communication. Les associations militantes anti chasse vont dans les écoles aujourd'hui et combien
      à contrario d'associations de chasses ou
      de fédérations ont des représentants de notre passion dans les écoles ?
      Il devrait y avoir des fonds pour cela et ouvrir des postes.

      La communication est aussi importante que
      le reste dans ce monde. Se faire connaître pour se faire aimer.

      Là doit être notre fer de lance.
      Le mot de la fin ?
      K.B : Vive la chasse, vive TOUTES les chasses.
      Arrêtons les débats du style ma chasse est meilleure que la sienne. Unissons nous un peu plus pour faire en sorte que la chasse perdure. Nous avons tous des enfants aussi. Beaucoup de chasseurs ont des enfants qui ne suivent
      pas la tradition de leurs parents. Imaginons
      si 50 % de notre population de chasseurs mettaient à la chasse un non chasseur. Ils sont nombreux à se poser la question et à ... Voir plus
    • L'argent dépensé par les chasseurs permet de mettre en place des équipes anti-braconnage. Si nous interdisons leur chasse, les chasseurs délaissent ces espaces au profit des braconniers. Mon mari a vécu ces exemples en Afrique ou ailleurs et m'a fait comprendre
      le lien étroit et délicat que le chasseur a
      avec son environnement.
      Et les gens nous critiquent... La faune en France ne s'est jamais portée aussi bien que depuis l'instauration des plans de chasse quantitatifs et qualitatifs. Le chevreuil, le cerf élaphe, le sanglier et les autres ongulés de montagnes ont explosé démographiquement grâce aux chasseurs.
      La connaissance des espèces grâce aux études sur les migrateurs et sur les épizooties proviennent des chasseurs. Les quotas, les mises en réserves participent à ces expansions et au bien-être de la faune dans le monde. La grande campagne de destruction des Bouquetins des Alpes en France fut pour moi exactement l'exemple de l'échec d'une mise en protection totale d'une espèce.
      De les mettre sous cloche ne leur rend pas
      service. Il aurait mieux valu autoriser leur chasse avec des taxes d'abattage remises
      aux sociétés et aux fédérations afin de mieux apprendre sur l'espèce et de réduire leur
      population intelligemment.
      En Autriche et en Suisse il est chassable et
      les populations se portent à merveille.
      Les chasseurs provenant du monde entier et les locaux remettent à flot la vie locale avec des hôtels, des restaurants, des boutiques qui font revivre les petits villages qui souffraient de la déprise pastorale... Pourquoi une loi ne devrait pas changer pour le bien de l'homme et de la nature ?
      L'argent dépensé par les chasseurs permet de mettre en place des équipes anti-braconnage. Si nous interdisons leur chasse, les chasseurs délaissent ces espaces au profit des braconniers. Mon mari a vécu ces exemples en Afrique ou ailleurs et m'a fait comprendre
      le lien étroit et délicat que le chasseur a
      avec son environnement.
      Et les gens nous critiquent... La faune en France ne s'est jamais portée aussi bien que depuis l'instauration des plans de chasse quantitatifs et ... Voir plus
    • Quelle est votre chasse de prédilection ?
      K.B : Sincèrement j'aime la chasse à l'approche du grand gibier à la carabine, mais j'ai aussi beaucoup d'opportunités de chasse en battue ou aux petits gibiers. Je me suis lancée dans
      la chasse à l'arc depuis 2 ans grâce à mon mari qui adore cette pratique et qui l’exerce depuis 22 ans. La proximité avec l'animal, les connaissances sur la nature et la maîtrise de soi, la technicité du tir, faire soi-même ses flèches, choisir les bonnes lames et s'entraîner autant que possible pour que le résultat soit égal reste une motivation énorme et une préparation mentale et physique incroyable.

      Je suis de petit gabarit et je n'arrivais pas à
      tendre un arc pour avoir une puissance nécessaire alors ce fut une motivation pour moi de me lancer dans le sport 5 fois par semaine pour avoir la masse musculaire nécessaire pour armer un 50 livres. J'ai pris en 2 ans
      6 kilos de masse musculaire grâce à cette
      abnégation et aujourd'hui je peux tendre
      un arc. Depuis peu donc je chasse avec un arc WIN&WIN; le modèle SPARTAN qui me donne les meilleurs résultats. Je suis devenue accro...

      Y'a-t-il une chasse que vous détestez ?
      K.B : Non et je pense que le malaise dans
      lequel nous vivons aujourd'hui vient en parti de la non-acceptation des autres modes.
      Se spécialisé dans un domaine est risqué si nous ne sommes pas ouvert d'esprit et cela nous renferme sur les autres modes de chasse et c'est dangereux.
      Il faut que nous restions unis fasse aux anti-chasse et entre nous. Entendre qu'une chasse est meilleure qu'une autre est dangereux pour l'avenir de nos traditions.
      Il y a des chasses que je ne pratiquerai jamais, mais pourquoi les critiquer ? Elles proviennent d'hommes et de femmes passionnés et nous ont été légués depuis la nuit des temps.
      Je ne force personne à pratiquer MES chasses aussi je ne critique jamais les autres que je ne pratique pas.
      Nous devons conserver à l'esprit que
      toutes les chasses sont utiles, essentielles
      et indispensables.
      Quelle est votre chasse de prédilection ?
      K.B : Sincèrement j'aime la chasse à l'approche du grand gibier à la carabine, mais j'ai aussi beaucoup d'opportunités de chasse en battue ou aux petits gibiers. Je me suis lancée dans
      la chasse à l'arc depuis 2 ans grâce à mon mari qui adore cette pratique et qui l’exerce depuis 22 ans. La proximité avec l'animal, les connaissances sur la nature et la maîtrise de soi, la technicité du tir, faire soi-même ses flèches, choisir les ... Voir plus
    • Rencontre
      avec une chasseresse
      rare et passionnée

      Kathleen BERTHAULT est une chasseresse
      passionnée de nature, elle chasse depuis
      11 ans. Suite à sa rencontre avec son
      mari “guide de chasse” et “chasseur globe-
      trotter ”.

      Depuis combien de temps chassez-vous ?
      Katheleen Berthault : Je me suis passionnée pour la chasse grâce à mon mari. Son approche de la chasse, son amour pour l'environnement et pour sa préservation, ses connaissances infinies sur l'écologie, sa patience, son lien avec les oiseaux, les mammifères, les insectes m'ont fait prendre conscience que le chasseur n'est pas le destructeur qu'on veut bien faire croire dans la presse ou dans les autres médias.
      Je suis tombée amoureuse de son art de vivre et de ses connaissances, de la façon dont il prend soin de la nature, de ses relations avec ses chiens, du dressage, de l'approche et de toutes les chasses...
      La chasse est devenue ma principale passion et une raison pour laquelle j'aime la vie, la nature et l'envie que j'ai d'en prendre soin.
      Nous voyageons beaucoup à la rencontre de peuples à forte tradition cynégétique. Comme en Laponie, Namibie, France, Espagne, Pérou, Mexique, Afrique du Sud, Argentine, Turquie ou au Mozambique. Tous ces voyages m'ont beaucoup appris. Ils sont une motivation à chaque fois, un challenge, aller à la rencontre d'autres horizons...
      Rencontre
      avec une chasseresse
      rare et passionnée

      Kathleen BERTHAULT est une chasseresse
      passionnée de nature, elle chasse depuis
      11 ans. Suite à sa rencontre avec son
      mari “guide de chasse” et “chasseur globe-
      trotter ”.

      Depuis combien de temps chassez-vous ?
      Katheleen Berthault : Je me suis passionnée pour la chasse grâce à mon mari. Son approche de la chasse, son amour pour l'environnement et pour sa préservation, ses ... Voir plus
    • Cette construction lui servant pour se reposer en journée et pour se reproduire au printemps laisse présager l’installation d’une famille dans les prochains mois.

      Ces secteurs seront donc particulièrement suivis cette année afin de confirmer le premier cas de
      reproduction du castor en Ile-de-France depuis plus de deux siècles.

      Protégé depuis 1968 au niveau national, le castor
      d’Europe continue donc de recoloniser le territoire après avoir quasiment disparu de France à la fin du XIXème siècle. Sur les communes de présence de l’espèce, un arrêté préfectoral
      interdit l’utilisation de certaines catégories de pièges afin de veiller à sa protection.

      Très proche d’une autre espèce de rongeur aquatique qu’est le ragondin, le castor se différencie très nettement de ce dernier, par sa queue plate et écailleuse, ainsi que sa taille deux à trois fois supérieure.

      Toutes informations d’indices de présence et/ou
      d’observations de castor peuvent être remontées à
      l’animateur régional du réseau castor : Paul Hurel - paul.hurel@oncfs.gouv.fr
      Cette construction lui servant pour se reposer en journée et pour se reproduire au printemps laisse présager l’installation d’une famille dans les prochains mois.

      Ces secteurs seront donc particulièrement suivis cette année afin de confirmer le premier cas de
      reproduction du castor en Ile-de-France depuis plus de deux siècles.

      Protégé depuis 1968 au niveau national, le castor
      d’Europe continue donc de recoloniser le territoire après avoir quasiment ... Voir plus
    • Le castor d’Europe s’installe en Ile-de-France

      Après la découverte de quelques rares indices de présence durant l’année 2016 dans la vallée de l’Essonne par le Syndicat intercommunal d'aménagement, de réseaux et de cours d'eau de l’Essonne (SIARCE), l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a organisé une campagne de prospection sur les rivières de la région et confirme aujourd’hui le retour de l’espèce .

      L’ONCFS, qui est en charge du suivi de l’espèce au plan national depuis 1987 à la demande du ministère en charge de l’Ecologie, s’est entouré
      de près d’une quarantaine de structures partenaires (associations
      naturalistes, syndicats de rivières, établissements publics, parc naturel
      régional, conseils départementaux, fédérations de chasse et de pêche,
      réserves naturelles,…). Des réunions d’informations, des conférences et des formations de terrains ont été organisées par des spécialistes de l’ONCFS afin de former les personnels de ces structures et développer un réseau de correspondants sur le castor en Île-de-France.

      En moins d’un mois, près de 90 km de berges, de cours d’eau et d’étangs ont été prospectés. Chaque jour de prospections a permis de découvrir des indices de la présence du plus gros rongeur d’Europe. Ecorçages, coupes d’arbres, crottes, empreintes sont autant d’indices trahissant la présence de l’espèce sur nos cours d’eaux.

      Plus d’une soixantaine d’indices de présence ont été découverts entre Le Malesherbois, à la limite du Loiret, et le sud de Corbeil-Essonnes (voir carte jointe ). L’indice de présence le plus révélateur est un terrier-hutte, érigé dans le marais du Grand Montauger dans la commune de Lisses.
      Le castor d’Europe s’installe en Ile-de-France

      Après la découverte de quelques rares indices de présence durant l’année 2016 dans la vallée de l’Essonne par le Syndicat intercommunal d'aménagement, de réseaux et de cours d'eau de l’Essonne (SIARCE), l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a organisé une campagne de prospection sur les rivières de la région et confirme aujourd’hui le retour de l’espèce .

      L’ONCFS, qui est en ... Voir plus
    • Le chevreuil “fou” qui avait agressé deux personnes à Augignac abattu

      La bête avait agressé deux personnes du village d'Augignac vendredi et dimanche dernier. Elle a été abattue ce mardi midi par le lieutenant de louveterie de la commune après autorisation préfectorale.

      Depuis quelques jours, le village d'Augignac ne parlait que de ce chevreuil "fou". Celui la -même qui s'en était pris au coiffeur du village Pierre Julien. Ce dernier travaillait aux foins dans son pré quand il a aperçu l'animal. Peu craintif, le chevreuil s'est même laissé approcher et a posé pour la photo. Mais quand Pierre Julien, lui a tourné le dos, il a foncé sur lui, perçant avec ses bois la ceinture abdominale que l'homme avait eu la bonne idée de mettre avant ses travaux manuels.

      Elle perd du sang

      Dimanche, c'est un couple du village qui en allant surveiller la maison d'une connaissance partie en vacances tombe nez à nez avec le chevreuil. La dame incite son mari à aller chercher le téléphone dans sa voiture pour immortaliser la scène. Quand ce dernier revient, il voit un tableau surréaliste : "l'animal était sur la dame et la tapait avec ses bois" raconte René Mandon, le président de l'association de chasse du village. Le mari se saisit alors d'un gourdin et frappe l'animal à la tête. Il s'enfuit en titubant. La victime est transportée par les pompiers à l'hôpital d'Angoulême pour se faire soigner dans la journée les trois plaies à la jambe et au bas du dos. "Elle perdait beaucoup de sang" précise René Mandon.

      Je l'ai abattu !

      René Mandon ne perd pas de temps et sollicite la préfecture pour obtenir l'autorisation d'abattre l'animal dans ce secteur qui n'est pas ouvert à la chasse. Le feu vert des autorités en poche, l'homme se met dès hier à la recherche de l'animal. Aperçu une première fois, l'animal sera finalement abattu ce midi par le lieutenant de louveterie.

      C'est exceptionnel !

      Avoir affaire à un chevreuil aussi acariâtre est un phénomène exceptionnel. "Nous sommes en période de rut, du 15 juillet au 15 aout, ceci explique peut-être cela, ou alors la bête a trop absorbé de cette plante appelée la bourdaine et qui la rend ivre" avance René Mandon pas peu fier d'avoir libéré son village du danger.

      http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/dordogne/chevreuil-fou-qui-avait-agresse-deux-personnes-augignac-abattu-1302545.html
      Le chevreuil “fou” qui avait agressé deux personnes à Augignac abattu

      La bête avait agressé deux personnes du village d'Augignac vendredi et dimanche dernier. Elle a été abattue ce mardi midi par le lieutenant de louveterie de la commune après autorisation préfectorale.

      Depuis quelques jours, le village d'Augignac ne parlait que de ce chevreuil "fou". Celui la -même qui s'en était pris au coiffeur du village Pierre Julien. Ce dernier travaillait aux foins dans ... Voir plus
    • INFO VALIDATION DE PERMIS DE CHASSER SUSPENDUE
      Le Ministère de l’Intérieur nous informe que l’interruption de FINIADA se prolongera jusqu’à lundi prochain (26/06/2017) à 14h00.
      Des contrôles de sécurité sur tous les détenteurs d’armes, en particulier, et l’ensemble des fichiers du Ministère de l’Intérieur sont actuellement en cours, en liaison avec les récents évènements terroristes.
      Durant cette période, les validations « classiques » et « E-titres » ne peuvent pas être délivrés les E-validations sont suspendues, sur tout le territoire.
      INFO VALIDATION DE PERMIS DE CHASSER SUSPENDUE
      Le Ministère de l’Intérieur nous informe que l’interruption de FINIADA se prolongera jusqu’à lundi prochain (26/06/2017) à 14h00.
      Des contrôles de sécurité sur tous les détenteurs d’armes, en particulier, et l’ensemble des fichiers du Ministère de l’Intérieur sont actuellement en cours, en liaison avec les récents évènements terroristes.
      Durant cette période, les validations « classiques » et « E-titres » ... Voir plus
      Nicolas Derouet - PM C'est bien connu les chasseurs et tireurs sont connus pour être de potentiels terroristes 😠
      Laurent Joyau Non mais les terroristes peuvent avoir un permis de chasse 😉 c bien cela va éclaircir les dossiers
    • Soirée de prestige pour la Maison Perinet
      Brillante réception à la Fondation François Sommer où les invités étaient accueillis, par des sonneurs en grande tenue dans la cour d’honneur de l’Hôtel de Mongelas, en présence du Directeur du Groupe des Trompes de la Garde Républicaine.
      La Fondation représentée par son Directeur Général, Yves d’Hérouville, accueillait, en effet, la soirée de remise de la Palme d’Or du Comité de France, décernée avec un Diplôme de Mérite et de Prestige National, à la Manufacture des Trompes de chasse Périnet, fondée en 1829.
      La remise étant placée sous le signe du Patrimoine et André Malraux, ministre des Affaires Culturelles du Général de Gaulle, ayant été membre d’honneur du Comité, c’est avec Alain Malraux, Président d’honneur de la Commission Malraux et Laurent de Gaulle, Président d’honneur de Culture Papier, que la cérémonie s’est déroulée, suivie par un concert avec les meilleurs solistes internationaux...
      Un grand cocktail dans les caves historiques voutées a clôturé cette soirée, donnée sous le patronage du Journal du Parlement, qui rendait hommage à l’excellence d’un savoir faire artisanal et de tradition...
      Soirée de prestige pour la Maison Perinet
      Brillante réception à la Fondation François Sommer où les invités étaient accueillis, par des sonneurs en grande tenue dans la cour d’honneur de l’Hôtel de Mongelas, en présence du Directeur du Groupe des Trompes de la Garde Républicaine.
      La Fondation représentée par son Directeur Général, Yves d’Hérouville, accueillait, en effet, la soirée de remise de la Palme d’Or du Comité de France, décernée avec un Diplôme de ... Voir plus